Crise d’angoisse : les 7 (+1) erreurs à éviter ! Vous ne devinerez jamais la dernière [+vidéo/podcast]

Crise d’angoisse : 7 erreurs à éviter. Je vous propose de découvrir dans cet article les 7 erreurs à éviter pendant une crise d’angoisse, ainsi qu’une erreur bonus qui j’en suis sûre vous surprendra. A votre avis quels sont ces erreurs à éviter ?

crise d'angoisse les 7 erreurs à éviter
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver plus facilement

1ère erreur à éviter : partir, s’enfuir

La première des 7 erreurs à éviter lorsque l’on fait une crise d’angoisse, et notamment lorsqu’on est à l’extérieur de chez soi, c’est de partir, de s’enfuir.

C’est un réflexe et une envie tout à fait naturels, puisqu’une crise d’angoisse est causée par la réaction combat fuite, une réaction primitive destinée à garantir notre survie. Comme le nom l’indique cette réaction nous prépare à nous battre ou à nous enfuir, pour sauver notre peau face au “danger” (même s’il n’y a pas de danger). Logique donc d’avoir ce besoin irrépressible de tout laisser là et de partir en courant !

Mais vous devez résister à cette envie s’il vous plaît.

Si vous partez, c’est l’anxiété qui a gagné. Et la prochaine fois que vous vous retrouverez dans cette situation (ou dans une autre), votre cerveau s’en souviendra et le retour de bâtons sera d’autant plus difficile.

Je sais que c’est dur mais je sais aussi que vous pouvez le faire. Observez ce besoin de partir pour ce qu’il est : une pulsion, qui va finir par passer. En fait, vous pourrez la sentir passer en quelques dizaines de secondes (et qui peut revenir, puis partir à nouveau, comme une vague).

Si c’est vraiment trop dur, alors dites-vous que vous allez rester juste 30 secondes de plus. Et après ces 30 secondes, pouvez-vous rester encore 30 secondes ? Et encore 30 secondes ? Vous pouvez le faire.

S’isoler est aussi une sorte de fuite alors évitez aussi un maximum si vous le pouvez.

Ainsi vous faites bien comprendre à votre cerveau qu’il n’y a aucun danger et pas de raison d’avoir peur.

2ème erreur à éviter pour stopper une crise d’angoisse : croire qu’on va mourir

Aaah cette impression horrible de mort imminente lors d’une crise d’angoisse…je crois que pour moi c’était bien le pire.

Mais tout a changé lorsque j’ai compris que c’est une fausse impression et qu’on ne risque rien. En fait c’est plutôt l’inverse : notre cerveau nous croit faussement en danger et fait tout ce qu’il peut pour nous faire survivre ! Si si je vous assure, la réaction combat fuite est bien une réaction destinée à assurer notre survie à la base.

Je vous l’affirme : vous allez bien, vous irez bien et tout va bien.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Test] J'ai découvert et expérimenté le biohacking avec IxpoHoqxl

Vous n’êtes pas en danger. Vous n’allez pas faire une crise cardiaque ou arrêter de respirer .

Rappelez-vous de toutes vos anciennes attaques de panique et souvenez-vous que vous vous en êtes toujours sortis, même si vous avez eu l’impression de mourir à chaque fois. Vous avez survécu à 100% de vos crises.

woman at a flower field

Attention : si vous avez le moindre doute, assurez-vous que vous n’avez rien auprès d’un médecin. Si vous allez bien, alors soyez rassuré et confiant.

La 2ème des 7 erreurs à éviter face à la crise d’angoisse est donc de croire qu’on va mourir. C’est faux.

3ème erreur à éviter pour arrêter une crise d’angoisse : prendre un anxiolytique et ne compter que là-dessus pour aller mieux

Au risque de me répéter, vous n’êtes pas en danger. Alors oui je sais vous vous sentez mal et c’est horrible et vous voulez que cela cesse au plus vite.

Et il existe des techniques très efficaces pour stopper une crise d’angoisse, je vous en parle dans cet article.

Vous n’avez pas besoin de prendre un anxiolytique. Voilà c’est dit.

anxiolytique médicament 7 erreurs éviter crise d'angoisse

Le problème des anxiolytiques c’est qu’ils peuvent rendre dépendants : c’est la panique quand on n’en a plus ou qu’on les a oubliés et on a vite l’impression de ne plus pouvoir vivre sans.

En plus il existe un réel effet rebond, c’est à dire qu’après les avoir pris pendant une longue période puis avoir arrêté, l’anxiété peut être pire qu’avant.

D’ailleurs, la Haute autorité de Santé française préconise de ne pas en prendre pendant plus de 3 mois.

Alors prendre un anxiolytique au début, le temps de commencer une thérapie, de consulter des professionnels de santé, oui. Mais ne compter que là-dessus pour aller mieux, non. Il existe d’autres solutions les amis. C’est la 3ème des 7 erreurs à éviter.

4ème erreur à éviter face aux angoisses : croire qu’on devient fou

Une crise d’angoisse peut être une expérience tellement traumatisante à vivre que l’on a l’impression d’être le seul à vivre un truc pareil ou même de devenir dingue.

Tout ça est faux.

Déjà vous n’êtes pas seuls. Loooooin de là. Il est estimé qu’un américain sur six souffrira d’un trouble anxieux au cours de sa vie. 1 sur 6 vous imaginez ? C’est énorme (malheureusement).

Si vous vous croyez seul à souffrir ainsi c’est tout simplement parce que personne ne parle de santé mentale. C’est vrai non, j’ai l’impression qu’on n’en parle jamais, que cela soit à la télé ou dans les journaux. Et c’est bien dommage car du coup quand ça nous tombe dessus on se sent perdu et on ne sait pas comment réagir. Mais je vous rassure vous êtes en très bonne compagnie avec des millions d’autres personnes qui ont exactement les mêmes symptômes et les mêmes peurs que vous.

Ensuite, vous ne devenez pas fous. Vous n’avez pas non plus une maladie mentale, ni même un dysfonctionnement grave et permanent au cerveau. Ce qui se passe, c’est que votre cerveau est devenu un peu trop sensible, et qu’il a décidé de déclencher son alarme de survie (la réaction combat fuite) pour tout et n’importe quoi. C’est tout, rien de plus. Et cette sensibilité est temporaire ! Vous pouvez tout à fait désactiver cette alarme. Vous pouvez apprendre à votre cerveau à ne plus avoir peur pour des choses banales. Le cerveau est neuroplastique, c’est à dire qu’il peut changer et qu’on peut agir en ce sens.

Pour finir, vous n’allez pas non plus perdre le contrôle de vous-même. C’est juste une impression, une pensée. C’est même plutôt l’inverse en fait. On est dans le sur-contrôle absolu. Rappelez-vous le but de tout ça c’est bien de garantir votre survie. Votre corps sait ce qu’il fait.

5ème erreur à éviter pour soigner les angoisses : avoir honte et ne pas oser en parler

La 5ème des 7 erreurs à éviter est d’avoir honte et de n’en parler à personne. S’il vous plaît n’ayez pas honte de faire des crises de panique. Vous n’êtes pas une personne faible. Ce n’est pas votre faute si tout cela vous est tombé dessus, vous n’avez rien demandé !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'anxiété, le cancer de l'âme [Résumé]

Au contraire vous êtes une personne incroyablement forte. Pourquoi ? Car vous continuez à vous lever et à sortir, et à essayer, malgré les crises d’angoisse. Cela demande un courage fou.

Saviez-vous qu’une personne ayant vécu le débarquement en mai 1945 puis ayant ensuite souffert de crises d’angoisse, a déclaré très sérieusement qu’il préférerait mille fois revivre la guerre plutôt que de subir l’anxiété ? Ce n’est pas une blague (j’ai lu ça dans ce livre si ça vous intéresse).

Vous êtes incroyablement courageux. Alors soyez fiers de vous.

Il n’y aucune honte à avoir.

N’hésitez pas à en parler autour de vous. Même à un inconnu à côté de vous, lorsque l’angoisse vous submerge. Si sa réaction est bienveillante (et si elle ne l’est pas tant pis pour lui !), cela pourra vous soulager d’un grand poids et stopper net une crise. Les forums et les groupes facebook peuvent également permettre d’échanger avec d’autres qui ont la même problématique, et on se sent ainsi compris et moins seuls. Si comme beaucoup d’entre nous, vous avez peur du regard des autres, cet article pourrait vous aider.

parler ne pas avoir honte 7 erreurs éviter crise d'angoisse

N’ayez pas non plus honte de consulter un médecin ou un psychologue. Ils en ont vu d’autres et encore une fois, vous n’êtes pas seuls et vous n’êtes pas fous. Il n’y a rien de honteux ou de faible dans le fait de souffrir d’anxiété.

6ème erreur à éviter pour calmer une crise d’angoisse : résister aux symptômes d’une crise d’angoisse

Quoi de plus normal que de résister à ce truc horrible qui vous arrive ? Qui a envie de vivre ça franchement ? Alors on lutte contre les symptômes et on essaye de s’en débarrasser.

Malheureusement la lutte est ce qui vous maintient dans le cercle vicieux de l’anxiété. En résistant, en vous contractant, en ayant peur, vous créez sans vous rendre compte encore plus de tensions, ce qui alimente l’anxiété et empire les symptômes, ce qui en retour augmente votre peur et tension, ce qui augmente l’anxiété…etc

Je le dis souvent mais la clé pour guérir c’est l’acceptation.

Et c’est super dur.

Essayez, dès maintenant si vous vous sentez anxieux en lisant cet article, de vous décontracter, notamment les épaules. Visualisez un courant bienveillant et apaisant qui circule dans tout votre corps, comme une rivière. Laissez la vie vous traverser et vous aider. Lâchez-prise.

Un réflexe quand on a peur consiste souvent à ne plus bouger, à s’immobiliser. Essayez plutôt de vous mouvoir, d’abord tranquillement, puis de plus en plus vite. Si vous êtes assis en compagnie d’autres personnes, vous pouvez remuer les pieds, les jambes, les bras, les mains, ou vous étirez.

Peut-être tremblez-vous comme une feuille lors d’une attaque de panique et vous en avez peur. C’est vrai que les tremblements nous terrifient souvent, je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être parce qu’on apparente cela à la maladie ou à la faiblesse ? Mais il n’en est rien. C’est un symptôme très courant et normal, et même sain, comme je l’explique dans cet article.

Trembler c’est un moyen d’éliminer les toxines du corps, et notamment l’adrénaline qui est responsable de tous les symptômes d’une crise d’angoisse. Alors essayez de ne pas retenir les tremblements, voir même de les accentuer. Bouger, remuer, danser peut aider à accélérer le processus.

7ème erreur : éviter ce qui nous fait peur

La 7ème erreur à éviter est d’éviter. Là encore, c’est un réflexe tout naturel d’éviter les situations, les lieux ou les personnes que l’on associe aux crises d’angoisse. On aimerait oublier ce qui s’est passé et être sûr que cela ne se reproduise plus jamais, et donc on se dit que si on évite le lieu où l’on a fait une crise d’angoisse, alors on sera en « sécurité ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  5 points à retenir du livre Panic Away (+ podcast)

Le problème c’est que le cerveau ne fonctionne pas comme ça. Si vous évitez alors la peur a gagné. Et la peur va prendre du pouvoir.

Le risque c’est d’éviter de prendre le train car cela nous fait peur, puis faire une crise dans la voiture, donc arrêter de conduire, puis faire une crise au travail, et ne plus y aller, plus faire une crise chez des amis, et ne plus sortir, puis faire une crise au supermarché, et ne plus faire les courses. Je pense que vous avez compris l’idée. Voilà malheureusement comment se développe l’agoraphobie. Notre zone de confort se réduit peu à peu à peau de chagrin.

agoraphobie évitement erreur éviter crise d'angoisse

Et puis que se passera-t-il si un jour vous faites une crise chez vous, ou dans un endroit que vous considériez jusque-là comme sûr ?

Le problème de l’évitement c’est que cela renforce grandement la peur dans le cerveau, et une situation qui était jusque-là banale peut devenir angoissante. Et plus on évite, plus on aura peur la prochaine fois.

On a en fait peur de la peur, peur d’avoir une crise d’angoisse. Ça peut paraître un peu bête dit comme ça d’avoir peur de la peur mais c’est en fait très logique : on ne supporte pas les réactions de notre corps et nos pensées lorsque qu’on a peur ou qu’on est anxieux, et on ne veut plus les ressentir.

La solution est simple : éviter le moins possible. Et oh je sais que c’est dur ! C’est dur sur le court terme mais c’est tellement bénéfique pour vous sur le long terme. Vous ne pourrez pas guérir si vous ne sortez pas de votre zone de confort. Mais allez-y progressivement.

Si vous avez fait une crise d’angoisse dans une situation ou un lieu en particulier, ne commencez pas à redouter ce lieu ou cette situation. Si c’est possible, essayez d’y retourner le plus tôt possible, même si c’est juste pour quelques minutes. Visualisez-vous serein dans cette situation.

Une erreur que vous ne devinerez jamais : essayez de se calmer

Euh…t’es sérieuse là Delphine ? Oui oui très sérieuse !

Je sais que l’on lit partout que pendant une attaque de panique, il faut respirer calmement, essayer de se détendre et penser à un endroit apaisant.

Mais dites-moi cela a déjà marché pour vous ?

Si oui, tant mieux pour vous car personnellement ça n’a jamais marché sur moi !

Et c’est logique en fait. Quand on a une crise d’angoisse, on est en dans un état de sur-excitation, alors c’est impossible de passer d’un claquement de doigts à un état de zénitude absolue. En fait cela peut même empirer la situation, puisque voyant que l’on n’arrive pas efficacement à se calmer, on panique encore plus !

Les 7 (+1) erreurs à éviter face à une crise d’angoisse

Vous souffrez régulièrement de crises d’angoisse et vous ne savez pas trop comment réagir à chaque fois. Vous faisiez peut-être sans vous en rendre compte quelques unes des 7 (+1) erreurs pour stopper une crise d’angoisse présentées dans cet article :

  • s’enfuir
  • croire que l’on va mourir
  • ne compter que sur les médicaments
  • croire que l’on devient fou
  • avoir honte
  • lutter contre les symptômes
  • éviter
  • et essayer de se calmer

Je vous rassure, moi aussi j’ai fait toutes ces erreurs, et de nombreuses fois ! Heureusement vous savez maintenant ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire face aux crises d’angoisse.

Si cet article vous a plu, parlez en autour de vous pour aider un maximum de personnes.

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions sur “Crise d’angoisse : les 7 (+1) erreurs à éviter ! Vous ne devinerez jamais la dernière [+vidéo/podcast]”

  1. Marie rose

    Un grand merci pour cet article !
    Très instructif et en plus venant d’une personne en a fait l’expérience et s’en est sorti est vraiment réconfortant
    J’ai appris à gérer mon anxiété et votre article confirme ce que je pensais . Juste besoin d’un conseil
    Pour la première fois , le médecin me conseille un psychiatre ( si je suis d’accord ) afin de gérer une anxiété généralisée due à un passé bien lourd , traumatisant qui provoque des problèmes de santé ( malaise, fatigue douleurs tensions cervicales …) que je gère normalement avec du sport et ma foi et la méditation . Pensez vous que voir un psy puisse m’aider , j’ai des doutes
    Merci beaucoup
    Très bonne journée

    1. Bonjour, je pense que comme pour tout il y a des très bons psychiatres et psychologues et des moins bons, le tout est de tomber sur un bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *