Pourquoi les crises d’angoisses reviennent (crises d’angoisse à répétition) ?

Pourquoi les crises d’angoisses reviennent ? Pourquoi fait-on des crises d’angoisse à répétition ? Si tu as déjà fait une crise, ou une attaque de panique, ou si tu souffres d’un trouble panique, alors tu sais bien à quel point ces épisodes intenses et inattendus d’anxiété sont horribles à vivre. Et on aimerait bien en être débarrassé pour toujours ! Sauf que parfois ce n’est pas si simple, et malgré toute notre volonté les crises reviennent encore et encore. Il y a plusieurs explications à cela que je vous détaille ensuite dans l’article : la sensibilisation du cerveau, la crainte de refaire une crise, les croyances irrationnelles, le conditionnement du cerveau et les comportements d’évitement. C’est parti pour explorer tout cela ensemble !

image pinterest crises d'angoisses pourquoi elles reviennent

Voici quelques causes de la crise d’angoisse

Le but de cet article n’est pas de te lister toutes les causes possibles, car crois-moi il y en a beaucoup, et j’ai justement écrit un article très complet à ce sujet. Tu peux le retrouver ici : Voici toutes les causes de la crise d’angoisse.

Pour t’en lister quelques unes, tu peux faire une crise d’anxiété suite à un stress important, un changement de vie, un manque de sucre dans ton corps, un traumatisme, une grosse fatigue…etc.

Il y a donc plein de raisons très différentes derrière une première crise d’angoisse. D’ailleurs on estime que 21 personnes sur 100 vivront, au cours de leur vie, l’expérience d’une attaque de panique (Source). C’est énorme !

Dans un monde idéal on ferait une crise d’angoisse et puis pouf c’est fini et on n’y pense plus. Sauf que si vous êtes là à lire cet article c’est parce que ça ne s’est pas passé comme ça pour vous. Mais pourquoi ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Panic Away : comment mettre fin aux crises d'angoisse et à l'anxiété généralisée [Résumé]

Mais alors pourquoi les crises d’angoisses reviennent ?

Sensibilisation de l’amygdale et du cerveau

L’amygdale, une région clé du cerveau liée aux émotions, peut devenir hypersensible chez les personnes souffrant de crises de panique récurrentes. Lorsqu’une crise survient, l’amygdale réagit de manière excessive, renforçant ainsi l’angoisse et augmentant le risque de nouvelles crises. Ce processus crée un véritable cercle vicieux où chaque crise amplifie la réactivité de l’amygdale, rendant les futures crises plus probables et plus intenses.

Dérégulation du système nerveux

A force d’être stressé ou de faire des attaques de panique il est possible que votre système nerveux soit dérégulé, c’est à dire qu’il n’y a plus d’équilibre entre votre système nerveux parasympathique et sympathique. Pour faire simple c’est comme si vous étiez dans une voiture dans laquelle la pédale d’accélérateur est toujours appuyée.

Cela se traduit souvent (entre autres) par une hypersensibilité aux stimuli stressants (hypervigilance) et une réactivité accrue face aux situations angoissantes.

Du coup le corps réagit de manière excessive, déclenchant une cascade de réactions physiologiques associées à l’angoisse, telles que l’accélération du rythme cardiaque, l’essoufflement et les sensations de panique. Et ça nous fait paniquer et bam c’est reparti 🙁

La peur de la peur, ou la crainte de refaire une crise

Si je ne devais retenir qu’une seule raison pour laquelle les crises d’angoisses reviennent, je choisirais celle-là :

La peur de la peur. La crainte de faire une crise d’angoisse. La phobie de paniquer

Et ça se comprend ! Une crise d’angoisse c’est absolument terrifiant !

Vous le savez si vous en avez déjà fait : c’est le truc le plus flippant et dérangeant que vous n’avez jamais vécu. Vous avez eu l’impression de mourir, de perdre le contrôle, d’avoir un problème grave de santé. C’est terrible à vivre et ça tous les psys qui vous expliquent sur internet comment ne pas paniquer ne le comprennent pas car ils ne l’ont pas vécu.

C’est donc bien normal que vous soyez terrifié à l’idée que ça recommence. Je le comprends tout à fait.

Le truc c’est que c’est ça qui vous maintient dans ce cycle sans fin de crises d’angoisse. Car du coup cela entraîne une hypervigilance (hyperattention) à votre corps, des ruminations, et des comportements d’évitement et tout ça explique pourquoi vos crises d’angoisse reviennent et ne s’arrêtent pas.

Le conditionnement et l’apprentissage de la peur

Lorsqu’une personne vit une situation anxiogène, son cerveau enregistre les stimuli associés à cette expérience comme des signaux de danger. Ce processus de conditionnement peut conduire à une association entre certains déclencheurs, tels que des lieux ou des pensées spécifiques, et la sensation d’angoisse.

Avec le temps, cette association devient plus forte, et même la simple anticipation d’un déclencheur peut déclencher une réaction d’angoisse intense.

De plus, les réponses de peur initiales peuvent être renforcées par des comportements d’évitement qui, bien que temporaires, renforcent la conviction que la situation est effectivement dangereuse. Ainsi, le conditionnement et l’apprentissage contribuent à la récurrence des crises d’angoisse en créant un cercle vicieux où les déclencheurs deviennent de plus en plus puissants et les comportements d’évitement renforcent la perception de menace.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Crise d'angoisse : que faire pour la stopper rapidement [+vidéo/podcast]
femme qui fait une attaque de panique ou crise d'angoisse

Les stratégies qui sont bien compréhensibles mais qui viennent encore renforcer le cercle vicieux et créent des crises d’angoisse à répétition

Les pensées catastrophiques et les croyances irrationnelles

Quand on est anxieux, on a souvent tendance à interpréter les évènements de manière négative et à anticiper le pire. Ces pensées catastrophiques amplifient l’intensité de l’angoisse et renforcent la conviction que la crise est incontrôlable ou dangereuse.

Les croyances irrationnelles, telles que la conviction que quelque chose de terrible va se produire ou que l’on est incapable de faire face à une situation, alimentent le cycle de l’anxiété en renforçant les pensées négatives et en limitant les capacités d’adaptation. Par conséquent, ces pensées et croyances contribuent à maintenir et à aggraver les crises d’angoisse, en créant un schéma cognitif qui renforce la perception de menace et la vulnérabilité personnelle.

Le mode de vie

La consommation excessive de caféine, présente dans le café, le thé et certains sodas, peut aggraver l’anxiété en augmentant l’activité du système nerveux et en exacerbant les symptômes physiologiques de l’angoisse, tels que les palpitations et la nervosité.

De même, la consommation d’alcool et de drogues peut altérer le fonctionnement du cerveau et déclencher des réactions d’anxiété, en particulier lorsqu’elles sont consommées de manière excessive ou lorsqu’elles agissent comme des stimulants du système nerveux.

Le sport pratiqué de manière excessive peut également être un déclencheur d’anxiété, car il peut augmenter les niveaux de stress physique et mental en libérant du cortisol dans le corps, surtout s’il est pratiqué de manière compulsive ou dans le but de contrôler l’anxiété.

De plus, le manque de sommeil et une alimentation déséquilibrée peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale en général, en augmentant la vulnérabilité au stress et en altérant la régulation des émotions.

L’hypervigilance et la rumination

L’hypervigilance se manifeste par une attention excessive et constante portée aux signes et aux sensations corporelles associées à l’angoisse. Cette hyperfocus sur les symptômes physiques de l’anxiété peut amplifier la perception de danger et conduire à une augmentation de l’anxiété.

La rumination consiste en une répétition compulsive et obsessionnelle de pensées négatives liées à l’angoisse, telles que des préoccupations concernant l’avenir ou des scénarios catastrophiques.

Ces deux comportements alimentent un cercle vicieux où l’attention constante accordée aux symptômes d’angoisse renforce la sensation de menace, ce qui à son tour amplifie l’anxiété.

femme qui rumine qui pense à ses crises d'angoisse à répétition

L’évitement des situations anxiogènes explique pourquoi les crises d’angoisses reviennent

Face à une expérience d’angoisse intense, il est naturel de chercher à éviter les évènements ou les stimuli associés à cette anxiété. Cependant, cette stratégie d’évitement peut avoir des conséquences néfastes à long terme. Pour faire simple, ça marche sur le coup, à court terme, mais sur le long terme ça entretient le cercle sans fin des crises.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment et Pourquoi Vivre l'Instant Présent ?

En évitant les endroits perçus comme menaçants, on renforce la conviction que ces endroits sont réellement dangereux, ce qui alimente l’anxiété et perpétue le cycle des crises.

Comment faire en sorte que les crises s’arrêtent et ne reviennent plus ? 3 étapes

1ère étape : dédramatiser l’attaque de panique pour ne plus paniquer

Comprendre que les symptômes d’une crise d’angoisse, tels que palpitations, sensation d’étouffement ou de malaise, ne sont pas dangereux en soi, mais plutôt une réponse exagérée du corps et du cerveau pour nous maintenir en vie face à un danger perçu, peut aider à réduire l’intensité de la crise.

Il est important de reconnaître que les attaques de panique ne représentent pas une menace physique réelle et qu’elles ne sont pas synonymes d’une maladie grave.

Pour en savoir plus sur les symptômes d’une crise d’angoisse, consultez cet article : Tous les symptômes des crises d’angoisse expliqués.

2ème étape : apprendre une vraie technique qui fonctionne pour stopper la crise

Une fois que l’on a dédramatisé l’attaque de panique, il est essentiel d’apprendre une technique efficace pour stopper la crise lorsqu’elle se produit. Et je ne veux pas dire la respiration, la visualisation ou la pensée positive, tout ça croyez-moi ça ne fonctionne pas en cas de crise d’angoisse.

Une méthode largement efficace et pourtant inconnue est celle de la logothérapie et de l’intention paradoxale. Je l’explique en détail dans cet article : Crise d’angoisse, que faire pour la stopper ?

3ème étape : s’exposer aux situations redoutées

Une fois que l’on a appris à dédramatiser les attaques de panique et à utiliser des techniques efficaces pour les arrêter, la troisième étape consiste à s’exposer progressivement aux évènements ou aux déclencheurs qui suscitent l’anxiété. Cette approche, connue sous le nom d’exposition dans le cadre de la thérapie comportementale et cognitive (TCC), vise à désensibiliser progressivement le cerveau aux stimuli anxiogènes, réduisant ainsi la réactivité du système nerveux.

Cette approche permet également de briser le cycle de l’évitement et de renforcer la confiance en ses capacités à faire face au stress.

Apprendre à faire tout cela avec un programme en ligne, crée par une ancienne anxieuse qui vous comprend

Pour en savoir plus sur mon programme « Fini les crises d’angoisse » et découvrir comment il peut vous aider à surmonter votre trouble panique, consultez le lien suivant : Fini les crises d’angoisse, programme en ligne sur 1 mois. Ce programme est vraiment différent car j’ai moi-même eu des crises d’angoisse et un trouble panique donc je vous comprend, et surtout je ne vous donne pas de conseils à la noix qui ne fonctionnent pas comme on en voit partout mais de vraies techniques efficaces. La preuve : aujourd’hui je ne fais plus d’attaque de panique.

programme ligne crises dangoisse attaques panique

En complément

En complément un mode de vie sain, comprenant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et suffisamment de sommeil, peut aider à maintenir l’équilibre. Et surtout arrêtez le café !

Pratiquer des activités relaxantes telles que le yoga, la méditation ou la relaxation musculaire peut également aider à réguler le système nerveux, en favorisant une réponse de relaxation et en réduisant l’activation du système de réponse au stress. Ces pratiques peuvent être intégrées dans la routine quotidienne pour aider à prévenir l’apparition de l’anxiété.

Enfin, en cas de besoin, il est important de ne pas hésiter à consulter un médecin, un psychiatre, un psychologue ou un psychopraticien. Dans certains cas, des médicaments (anxiolytiques) peuvent également être prescrits par un professionnel de la santé. Il est aussi possible de prendre des anxiolytiques naturels sans ordonnance.

Conclusion : pourquoi les crises d’angoisses reviennent ?

Les crises d’angoisse reviennent souvent en raison de divers facteurs interconnectés, allant des mécanismes biologiques et psychologiques à des habitudes comportementales mal adaptées. La sensibilisation de l’amygdale, le conditionnement de la peur, les pensées catastrophiques, l’évitement des évènements anxiogènes et les stratégies d’adaptation inappropriées contribuent tous à perpétuer le cycle de l’anxiété, et expliquent pourquoi vos crises d’angoisses reviennent malgré tous vos efforts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *