Articles

Les choix de vie qui peuvent causer, perpétuer ou guérir l’anxiété

Aujourd’hui on va voir comment l’anxiété peut être causée, perpétuée ou guérie par nos choix de vie.

Cet article participe à l’évènement “Les choix de vie” du blog YGOCOACHING. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci.

choix de vie anxiété

Les choix de vie qui peuvent causer de l’anxiété

J’ai eu un peu de mal à lister des choix de vie qui peuvent causer de l’anxiété, car je pense qu’un trouble anxieux est le résultat de plusieurs facteurs : hérédité, éducation, mode de vie, façon de penser…On ne choisit pas librement tous ces facteurs (hérédité, éducation) mais certains sont liés à des choix de vie. Aujourd’hui j’ai décidé de parler de deux facteurs sur lesquels nous pouvons agir : la consommation de drogue, et l’épuisement.

1. La consommation de drogue

C’est un fait : beaucoup de personnes ont eu leur première crise d’angoisse après avoir consommé de la drogue, et sont rentrés ainsi dans le cercle vicieux de l’anxiété. Donc ne commencez pas à en consommer, et si vous en consommez, songez sérieusement à arrêter, cela ne vous fera que du bien.

2. L’épuisement

La plupart des experts s’accordent tous sur ce point. Être dans un état d’épuisement, qu’il soit physique, émotionnel ou mental, conduit à des problèmes de santé, et notamment à développer de l’anxiété puis un trouble anxieux. Nous ne sommes pas des machines, nous ne pouvons pas fonctionner à fond 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il est important de s’avoir s’écouter, de reconnaître les signaux d’alarme du corps et de se reposer. Repos ne veut pas forcément dire sommeil d’ailleurs, on peut aussi se repose en restant allongé tranquillement (sans la télévision).

Alors reposons-nous et prenons soin de nous. Allons-nous coucher à 9 heures du soir s’il faut, arrêtons la télévision et les écrans afin d’avoir un meilleur sommeil. Travaillons de manière raisonnable. Prenons le temps de nous détendre et nous relaxer. Et aux premiers signes d’alerte (fatigue persistante, mal-être, déprime, maux de tête, problèmes de mémoire), ra-len-tis-sons.

Nous sommes la personne la plus importante de notre vie. Même si on a des enfants, notre santé et notre bien-être restent prioritaires. C’est comme en avion : il faut d’abord attacher son masque à oxygène avant celui de ses enfants, car si on s’évanouit on ne leur sera plus d’aucune aide. Dans la vie c’est pareil. Alors prenons le temps, de méditer, de se relaxer, de respirer, de vivre en pleine conscience.

épuisement choix de vie anxiété

Les choix de vie qui peuvent perpétuer l’anxiété

Une fois la première crise d’angoisse passée, ou le trouble anxieux démarré, certains de nos choix de vie contribuent également à perpétuer notre anxiété.

1. Eviter les situations qui déclenchent de l’anxiété

Il est normal, une fois qu’on a ressenti une crise d’angoisse ou une forte anxiété dans une situation particulière, de tout faire pour éviter à tout prix de revivre cette situation. Personne n’a envie d’avoir une crise d’angoisse ou d’être anxieux !

Et pourtant…Cette tendance normale à l’évitement perpétue l’anxiété. C’est le fait d’éviter une situation qui fait peur qui transforme une simple peur en véritable phobie.

En plus, l’anxiété aime bien s’infiltrer peu à peu dans toutes les situations possibles. On croit qu’en évitant une situation anxiogène tout ira mieux mais ce n’est pas forcément vrai.

Je fais une crise d’angoisse au travail, je décide d’arrêter de travailler. Puis je fais une crise d’angoisse en faisant mes courses, et je ne vais plus qu’au Drive ou je me fais livrer. Un jour je ressens de l’anxiété après mon jogging, et je ne sors plus courir. Puis je fais une crise d’angoisse en allant faire les magasins, et je décide de ne plus sortir de chez moi. Voilà comment une crise d’angoisse peut au fil des mois ou des années se transformer en agoraphobie.

Pour guérir il n’y a pas de secret, il faut affronter ses peurs et son anxiété.

2. Ne pas accepter son anxiété

Ce choix de vie est lié au précédent. Si j’évite à tout prix de ressentir de l’anxiété, si j’en ai peur, si j’ai peur de mon corps et ses réactions, si j’ai peur de mon cerveau et de ses pulsions, alors je suis en train de réfuter en bloc tout ce qui m’arrive. Je cherche à repousser l’anxiété, à la combattre, à la faire disparaître. Mais en faisant tout cela, je ne fais que la perpétuer en mettant de l’huile sur le feu. Car je me mets moi-même dans un état de stress et de tension qui ne fait qu’aggraver l’anxiété.

3. Chercher ses symptômes sur Google ou passer trop de temps sur les groupes de discussion Facebook

On peut dire qu’Internet et les réseaux sociaux aident les personnes anxieuses, et ne les aident pas en même temps. C’est une aide car on peut discuter virtuellement avec d’autres personnes souffrant de trouble anxieux, et on peut trouver des informations facilement et gratuitement (comme sur ce blog 😉 n’hésitez pas à le partager autour de vous). Et en même temps Internet et les réseaux sociaux contribuent aussi à perpétuer l’anxiété.

Notamment lorsqu’on souffre d’hypocondrie, le pas et très petit vers la cybercondrie, c’est-à-dire le fait de chercher sans cesse tous ses symptômes sur Google et d’imaginer qu’on a les pires maladies possibles. Il faut savoir que les sites internet santé ont tendance à maximiser le risque car pour gagner de l’argent ils ont besoin de nous attirer sur leur site et de nous y faire rester. En cas de doute sur un symptôme inhabituel, il vaut toujours mieux en parler à un médecin. Et arrêter de regarder sur Google.

Quant aux réseaux sociaux, et notamment aux groupes de discussion Facebook, c’est comme toutes les bonnes choses : il ne faut pas en abuser. C’est bien d’aller de temps en temps sur les groupes Facebook, mais pas d’y passer toutes ses journées, sinon on est dans une spirale de négativité et de stress. Pour guérir l’anxiété, il faut aussi penser à autre chose et reprendre le cours de sa vie le plus normalement possible.

4. Les informations

Ah les informations, vaste sujet. Nous sommes entourés d’informations : les JT, les chaînes d’informations en continu, les actualités Facebook, les notifications sur smartphone. Personnellement cela fait déjà plusieurs années que je pratique la diète médiatique, c’est-à-dire que j’évite au maximum les informations. Je ne regarde pas les JT, ni BMFTV et je ne lis pas non plus les journaux.

Mais pourquoi les informations ne sont-elles pas bonnes pour nous ? Car elles sont pour l’écrasante majorité négatives, et surtout nous n’avons aucun pouvoir direct sur elles. De plus, les informations sont présentées de manière stressante afin de capter notre attention. Quand on se sent anxieux, on n’a vraiment pas besoin de ce stress inutile.

diète médiatique anxiété

5. L’alimentation

Ça peut paraitre surprenant mais l’alimentation a un vraiment un impact sur notre niveau d’anxiété. La caféine notamment, que l’on retrouve dans le café évidemment, mais aussi dans le thé et les boissons énergisantes (oui oui la publicité avec la canette qui s’envole…)

Pourquoi la caféine a-t-elle un effet sur l’anxiété ? Car elle libère de l’adrénaline dans le corps. Et quel est le problème avec l’adrénaline vous allez me demander ? Et bien c’est cette même hormone qui est libérée lors d’un épisode de stress et d’anxiété. Pour couronner le tout, c’est également l’adrénaline qui est responsable de toutes les sensations bizarres que l’on ressent quand on est anxieux (vous savez le cœur qui bat vite, le souffle coupé, la nausée, les vertiges et j’en passe).

Donc s’il vous plaît, pour accélérer votre guérison, arrêtez le café et les boissons énergisantes.

Les choix de vie qui peuvent guérir l’anxiété

1. Choisir de prendre des médicaments contre l’anxiété, sur le court terme (ou non)

Je pense qu’il est tout à fait possible de guérir 100% naturellement d’un trouble anxieux. Cependant, on est parfois tellement au fond du trou qu’il est parfois utile et nécessaire de prendre des médicaments contre l’anxiété, des anxiolytiques, pour pouvoir commencer à remonter la pente. Ces médicaments ne doivent être pris que sur une courte durée car ils créent une dépendance et une accoutumance.

2. Suivre une thérapie

Arrêtons tout de suite avec ce cliché : non, les psys ne sont pas (que) pour les fous.

Si vous en avez les moyens financiers, suivre une psychothérapie peut grandement vous aider. Le plus important est de bien choisir son type de thérapie, et son thérapeute. Pour la thérapie, je conseille les TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives), ainsi que l’EDMR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) en cas de traumatismes émotionnels. Quant au thérapeute, il est important d’avoir tout de suite un bon feeling et de se sentir bien entouré.

3. Se relaxer

Quand on est anxieux, notre corps est sans cesse en mode stress, survie, action et du coup nous sommes tendus et contractés. Ces tensions entraînent à leur tour des douleurs et d’autres problèmes de santé, ce qui ne fait qu’aggraver le problème initial.

Pour guérir et aller mieux, il faut donc commencer par se détendre. Relâcher les muscles, dénouer les tensions.

Pour cela on peut s’offrir ou se faire offrir un massage, prendre un bon bain chaud régulièrement ou plus simplement écouter une relaxation guidée. Il y en a plusieurs gratuites sur Youtube, personnellement j’aime beaucoup les scans corporels (body scan), mais certains apprécient également beaucoup la relaxation de Jacobson.

Cliquez sur le lien si vous souhaitez découvrir mes 12 exercices préférés du livre 121 astuces de sophrologie de Florence Binay.

4. Méditer

On confond souvent méditation et relaxation. Le but premier de la méditation n’est pas la relaxation, mais il est vrai qu’on ressort souvent d’une séance de méditation plus apaisé.

Le but de la méditation est d’apprendre peu à peu à calmer et se détacher de son mental, de ses pensées, émotions, réactions et sensations physiques. On devient ainsi au fil du temps moins réactif, plus serein et plus aptes à accepter nos émotions, et notamment la peur et l’anxiété.

5. Faire du sport

Quand on développe un trouble anxieux, c’est le meilleur moment pour continuer le sport ou s’y remettre. Alors je sais on n’a jamais le temps…Mais au cas où vous n’auriez pas encore compris, à partir de maintenant votre priorité c’est vous 🙂 Donc trouvez le temps. Votre corps et votre tête vous en remercieront.

Conclusion les choix de vie qui peuvent causer, perpétuer ou guérir l’anxiété

Comme nous l’avons vu, l’anxiété n’est pas qu’une question d’hérédité et d’éducation, d’autres facteurs entrent également en jeu. Et la bonne nouvelle c’est que nous pouvons jouer sur ces facteurs 🙂 Alors prenons-soin de nous, détendons-nous et affrontons nos peurs.

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 2
  • 2
  •  
  •  

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Coucou,
    C’est tellement vrai… J’ai bien l’impression que parfois nous continuons à entretenir des habitudes néfastes pour nous, seulement parce que “c’est comme ça”. Par méconnaissance de nous-même, manque de temps, manque d’énergie…
    Mais cela n’est plus possible lorsque l’on découvre ce qui nous fait du bien 🙂

    Est-ce que pour toi aussi cela a joué comme un déclencheur, de goûter à des activités qui t’ont reconnecté à toi-même ?

    1. Delphine a dit :

      Merci pour ton commentaire Julia. Et pour répondre à ta question, mais tellement ! La premier déclencheur a été ma découverte de la relaxation parc que ça fait juste trop du bien 🙂 et le deuxième je dirais la méditation, puis le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *