Peur du regard des autres ? 5 astuces pour s’en détacher

Vous avez peur du regard des autres ? Vous êtes gênés en présence d’autres personnes, ou vous vous sentez observés face à des inconnus ? Je vous comprends, nous avons tous vécu ce genre de situations (même les personnes qui sont rarement anxieuses) et c’est très désagréable, on a envie d’aller se terrer chez soi ! Dans cet article je vous propose 5 astuces pour vous détacher du regard des autres et vivre librement.

peur du regar ddes autres

Cet article participe au carnaval d’articles du blog Heureux coach. Je vous invite à aller lire cet article.

Pourquoi a t-on peur du regard des autres ?

On a tous plus ou moins du regard et du jugement des autres, et c’est normal. Cela nous renvoie à la peur primitive (déjà présente à la Préhistoire) du rejet social. A cette époque, il était inconcevable d’être rejeté et exclu de sa tribu, car sans tribu impossible de survivre dans ce milieu hostile. Pour survivre et assurer la pérennité de l’espèce, on a donc développé une peur du rejet, peur de l’exclusion et peur du jugement. Le cerveau a développé un système d’alarme, qui nous avertit dès que nous risquons d’être jugé par nos pairs.

Cette peur existe encore aujourd’hui : on a peur de ce qu’on veut penser les autres si on fait telle ou telle action, on a peur d’être jugé négativement lorsqu’on accomplit une performance, on a peur de porter tel vêtement…etc. Cette peur est également utile et nécessaire à la vie en société sinon on se comporterait tous n’importe comment, sans respect des conventions et normes sociales.

La peur du regard des autres peut se manifester de plusieurs façons :

  • sensations corporelles : elles peuvent être internes, invisibles pour les autres, ou externes (rougissements, transpiration..) ce qui est plus gênant. Se focaliser dessus ne fait que les empirer.
  • comportements : on peut devenir maladroit, éviter les situations, ou pratiquer l’évitement subtil (ne pas regarder dans les yeux…). Malheureusement, plus on évite, plus la peur se renforce.
  • pensées : on a peur des autres, de leurs réactions, on s’imagine le pire. On s’imagine que les autres sont forcément mauvais et méchants, sans preuves.
rougissement peur du regard des autres

La peur du regard des autres peut cependant devenir handicapante lorsqu’elle devient excessive et quotidienne. Le système d’alarme du cerveau est déréglé, il se déclenche pour tout et n’importe quoi, il est trop sensible. On parle alors d’anxiété sociale, phobie sociale ou blemmophobie. L’anxiété sociale est la peur extrême d’être jugé par les autres. La phobie sociale également, sauf qu’un phobique social va fuir systématiquement toutes les situations anxiogènes. Les personnes souffrant de blemmophobie ont quant à elles peur du regard des autres sur leur corps.

=> Je vous invite à lire le résumé du livre La peur des autres, trac, timidité et phobie sociale, si vous souhaitez plus d’informations sur l’anxiété et la phobie sociale

résumé la peur des autres phobie sociale

1ère astuce pour ne plus avoir peur du regard des autres : prendre conscience de sa valeur

Si on a peur du regard des autres, c’est qu’on manque d’estime et de confiance en soi. Il est essentiel alors de prendre conscience de sa valeur et de ses qualités. Essayer de mieux se connaitre pour pouvoir distinguer parmi les critiques celles qui sont justifiées de celles qui ne le sont pas.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Ma meilleure astuce pour tenir mes bonnes résolutions

Pour regagner de l’estime de soi, je vous propose de faire l’exercice très simple du livre de Kamal Ravikant, Aimez-vous comme si votre vie en dépendait : il faut tout simplement se répéter plusieurs fois par jour “Je m’aime”. Cette simple phrase peut être difficile à prononcer pour vous au début, mais à force de répétitions elle s’ancrera dans le cerveau et vous commencerez à y croire vraiment.

Vous n’avez rien à perdre à essayer. J’ai personnellement testé et cela a marché pour moi.

2ème astuce pour ne plus avoir peur du regard des autres : limiter les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux diminuent notre confiance en nous. Nous nous comparons aux autres via ces réseaux. Mais les autres idéalisent leur vie, ils ne montrent que le meilleur, ils ne choisissent que les meilleures photos, ils passent leur journée à écrire leur prochain post. Les réseaux sociaux ne correspondent pas à la vraie vie.

réseaux sociaux manque confiance en soi

En plus, ils nous poussent à nous comparer, avec le nombre de likes, de partages, de commentaires, d’abonnés. Ce n’est pas parce que votre meilleure amie obtient plus de likes sur Instagram qu’elle vaut mieux que vous.

Une étude britannique a prouvé que 70% des jeunes ont une mauvaise image d’eux-mêmes après avoir passé du temps sur Instagram.

La solution est simple : limitez votre temps sur les réseaux sociaux, surtout ceux basés sur le visuel (Facebook, Instagram, Snapchat, TikTok). Vous verrez, vous irez mieux.

Réaliser une diète médiatique peut également être bénéfique. En n’étant plus exposés aux publicités (télé, presse), on arrête d’entendre des discours du type “Tu n’es pas complet, il te faut X pour être heureux/beau/désirable” qui minent l’estime de soi.

3ème astuce pour se détacher du regard des autres : prendre du recul

Prenez un peu de recul sur les jugements et les critiques : cela aura-t-il toujours un impact sur votre vie dans 6 mois ? Dans 1 an ? Dans 5 ans, dans 10 ans ? Ou aurez-vous oublié tout cela depuis longtemps ?

Relativisez. Est-ce que l’avis de Tante Hilda est vraiment si important, plus important que votre avis et vos envies ?

s'assumer regard des autres s'en détacher

Tout le monde fait des erreurs. Tout le monde fait des bourdes ou des maladresses. Thomas Edison a échoué des milliers de fois avant d’inventer l’ampoule. Abraham Lincoln a fait faillite et a eu une dépression avant de devenir Président des Etats-Unis. Michael Jordan a été exclu de son équipe de basket au lycée. Steve Jobs a été viré de sa propre entreprise !

4ème astuce pour se détacher du regard des autres : vivre le moment présent

L’anxiété est une projection dans le futur, l’anxiété n’existe pas dans le présent.

Concentrez-vous sur vos sensations, plutôt ce que vos pensées et sur les autres. Revenez à vous. Méditer régulièrement permet d’apprendre à revenir facilement au moment présent dès qu’on le désire.

Au lieu de vous prendre la tête pour savoir comment réagir ou quoi dire, vous pouvez essayer d’agir impulsivement, sans trop réfléchir, dire ce que vous pensez, afin de retrouver de la spontanéité dans les échanges.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse [Résumé]

Autre piste : retrouver du plaisir pour remplacer la peur. Essayez de prendre un maximum de plaisir lors d’une situation sociale, écouter vraiment l’autre, concentrez-vous sur lui, ressentez de l’empathie pour ses problèmes. prenez du plaisir aux échanges, écoutez vraiment l’autre, concentrez-vous à 100% sur lui.

plaisir interaction sociale

5ème astuce pour ne plus avoir peur des autres : il est impossible de plaire à tout le monde

Je vous propose de commencer ce paragraphe par un conte persan qui s’intitule “L’éducation d’un sage” :

Un vieux sage avait un fils qui ne voulait pas sortir de sa maison car il était complexé par son physique. Il craignait que l’on se moque de lui. Son père lui expliqua alors qu’il ne fallait jamais écouter les gens et qu’il allait lui en donner la preuve. « Ces prochains jours, dit-il, tu viendras avec moi au marché. »

Tôt de bon matin, ils quittèrent la maison, le vieux sage sur le dos de son âne et son fils marchant à ses côtés. Quand ils arrivèrent sur la grande place du marché, des marchands ne purent s’empêcher de murmurer : « Regardez cet homme ! Il n’a aucune pitié. Il se repose sur le dos de l’âne et laisse son pauvre fils à pied. »

Le deuxième jour, le sage et son fils firent le contraire : le garçon monta sur le dos de l’âne et le vieil homme marcha à ses côtés. A l’entrée de la place, les mêmes marchands étaient toujours là. « Regardez cet enfant qui n’a aucune éducation ! » dirent-ils « Il est tranquille sur le dos de son âne, et laisse son pauvre père se traîner dans la poussière ! Si ce n’est pas malheureux de voir pareil spectacle !

Le troisième jour, ils partirent tous deux à pied, tirant l’âne derrière eux au bout d’une corde. « Regardez ces deux imbéciles, se moquèrent les marchands. Ils marchent à pied, comme s’ils ne savaient pas que les ânes sont fait pour être montés ! »

Le quatrième jour, lorsqu’ils quittèrent leur maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les marchands laissèrent éclater leur indignation : « Quelle honte ! Regardez ces deux-là ! Ils n’ont aucune pitié de cette pauvre bête ! »

Le cinquième jour, ils arrivèrent au marché en portant leur âne sur leurs épaules. Mais les marchands éclatèrent de rire : « Regardez ces deux fous qui portent leur âne au lieu de le monter ! »

Aussi le sage conclut-il : « Mon fils, tu as entendu, quoi que tu fasses dans la vie, les gens trouvent toujours à critiquer. C’est pourquoi tu ne dois pas te soucier de leurs opinions : fais ce que bon te semble et passe ton chemin ! »

Je trouve ce conte magnifique. Tout est dit : laissez les autres parler et juger, il y aura toujours des mécontents ! Il est impossible de plaire à tout le monde. Alors tracez votre chemin, faites ce qui vous plaît et n’écoutez plus les médisants.

indépendance

Au final, on s’en fout de ce que les autres pensent ou disent. On s’en fout du regard des autres.

Le moment qui m’a permis de me détacher du regard des autres

Pour finir, j’aimerais vous raconter une histoire.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le piège du bonheur [Résumé]

J’ai toujours été soucieuse et inquiète du regard des autres. J’avais peur de parler, de m’exprimer, d’être authentique, par peur d’être jugée.

Quand mes problèmes d’anxiété se sont empirés d’un coup, j’avais honte et je n’osais en parler à personne.

Un évènement a vraiment tout chamboulé pour moi et m’a permis de me détacher du regard des autres.

Je prenais le train, et j’ai commencé à avoir une crise d’angoisse. A l’époque, je ne savais pas encore les stopper efficacement. Je suis donc partie m’isoler entre deux wagons (vous savez cet espace dans les TGV avec un siège escamotable). Problème : le train était bondé ce jour là et plusieurs personnes, dont un adolescent était déjà présent. Normalement, je ne me montre jamais vulnérable devant des inconnus. Mais cette fois-là j’ai craqué, j’ai appelé mes parents, complètement flippée, j’ai tout raconté sans retenue, sans me soucier de savoir si les autres entendaient, j’ai fait les 100 pas, et j’ai fini par me recroqueviller sur moi-même.

Et vous savez ce qui s’est passé ? Rien. Personne ne s’est moqué de moi. Tout ma vie j’avais été persuadée que si je me montrais vulnérable devant quelqu’un, un ado plus jeune que moi en plus, on se moquerait. La vérité c’est que personne n’en avait rien à carrer.

L’adolescent n’a rien dit, il n’a pas rigolé. Au contraire je le voyais me jeter des coups d’œil inquiets régulièrement. Jusqu’à la fin du trajet, même une fois que je m’étais calmée. Je n’oublierais jamais ces coups d’œil bienveillants.

Ce jour-là j’ai compris qu’il n’y avait pas besoin de craindre le regard des autres. Et j’ai commencé à parler ouvertement de mes troubles anxieux autour de moi, sans honte.

Conclusion 5 astuces pour se détacher du regard des autres

Vous avez peur du regard des autres. Vous vous sentez gêné, effrayé ou vous ne savez pas comment vous comporter, vous vous posez trop de questions. Vous avez peur de rougir, de transpirer, de faire n’importe quoi. Je vous comprends. Les 5 astuces de cet article pourront vous aider. Si vous avez l’impression que c’est impossible, alors commencez par vous répéter “Je m’aime” et à diminuer les réseaux sociaux, pour regagner confiance en vous. N’oubliez pas : si vtre souffrance est trop importante, vousp ouvez suivre une thérapie comportementale et cognitive.

Avez-vous d’autres astuces pour se détacher du regard des autres ? Qu’est-ce qui marche pour vous ?

FAQ peur du regard des autres

Comment s’appelle la peur du regard des autres ?

On parle d’anxiété sociale ou de phobie sociale.
Quand on a peur du regard des autres sur son corps, on parle de blemmophobie, qui vient du grec “bléma”, qui signifie regard et du grec “fobos”, crainte.

Pourquoi j’ai peur du regard des autres ?

On a peur d’être jugé négativement, rejeté par les autres, isolé. On croit que les autres sont forcément mauvais.

Comment faire abstraction du regard des autres ?

On peut se concentrer sur soi et le moment présent, se recentrer sur ses sensations, vivre le moment.

Comment s’affranchir du regard des autres ?

On peut regagner confiance et estime de soi, se rappeler de sa valeur, et se rappeler qu’il y a aura de toute façon toujours des personnes pour critiquer.

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 1
  • 5
  •  
  •  

8 réflexions sur “Peur du regard des autres ? 5 astuces pour s’en détacher”

  1. Merci de ta participation au carnaval d’articles, super article plein de techniques concrètes et efficaces ! Ton partage d’expérience est touchant !
    De mon côté c’est quand j’etais petite et que j’avais honte parce que ma grand-mère parlait fort dans la rue, et qu’elle m’a dit : tu t’en fiches, ces inconnus on ne les reverra jamais !
    Ou autrement dit : les autres n’ont dans notre vie que la place qu’on veut bien leur donner 😉
    Et j’adore le conte de l’âne, je te l’emprunterai comme lecture pour la relaxation de mon prochain cours de yoga 🙂

    1. Merci pour ton commentaire Claire. J’aime la vision de ta grand-mère, elle avait tout à fait raison !

  2. J’avais déjà lu quelque part le conte de « L’éducation d’un sage » et ça fait du bien de le relire ici, je suis d’accord qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Comme tu le dis en début d’article, c’est une peur assez irrationnel qui n’a plus vraiment lieu d’être aujourd’hui et est dû à notre cerveau qui produit des hormones assez contradictoire (faut dire que le monde dans lequel on vit à évoluer très très très vite). Le savoir est à mon sens très important pour soit s’en détacher soit en faire une force. C’est à chacun d’en trouver les solutions. Et les clés que tu offres donnent un élément de réponse. Merci pour cet article 🙂

    1. Merci pour ton commentaire David. Ta remarque sur le monde qui a évolué très vite est très pertinente, en effet notre cerveau lui n’a pas évolué aussi vite et nous sommes parfois en décalage.

  3. Danielle Alexa

    En parlant d” évolution du cerveau, j’ ai repris des cours d’ anglais ce qui m’ a fait oublier mes complexes dans la culture française.
    Un conseil booster.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *