Minimalisme et anxiété : 6 façons de réduire votre stress en devenant minimaliste

Cet article est un article invité écrit par Florian Richard du blog Devenez minimaliste.

minimalisme anxiété réduire stress

Laissez-moi vous dire une chose : le stress, la fatigue et l’épuisement sont tous nécessaires dans votre vie.

Vous ne me croyez pas ?

Essayez de désactiver les voyants rouges des avions, vous changerez d’avis.

Comme ces signaux d’alerte, le stress et l’épuisement peuvent vous sauver la vie. Ce sont d’excellents moyens de vous avertir que quelque chose ne tourne pas rond dans votre vie, et que vous devriez peut-être effectuer des modifications.

Parmi ces modifications ?

Vous retrouverez, entre autres : ralentir, simplifier, vous concentrer sur ce qui est vraiment important.

Et ça ?

Ça porte un nom : minimalisme.

Vous ne savez pas ce que c’est ? Ou vous ne savez pas vraiment, ce que c’est ?

Laissez-moi vous donner ma propre définition du minimalisme

Imaginez que votre vie ressemble à un bloc de marbre. Solide. Ferme. Brut. Comme ceci :

Alors, le minimalisme est le processus qui consiste à éliminer les couches superflues de ce bloc pour laisser apparaître une statue d’une beauté inégalée.

Concrètement ?

Le minimalisme vous permet d’éliminer le superflu de votre vie afin de concentrer votre temps, votre argent, votre énergie et vos pensées sur l’essentiel.

Si vous voulez en apprendre davantage sur ce mode de vie, je vous explique tout dans cette conférence :

Maintenant que vous êtes un expert sur le sujet, voyons en quoi le minimalisme vous aidera à réduire votre stress.

En quoi devenir minimaliste réduira votre stress ?

En devenant minimaliste, vous allez devoir gérer et entretenir moins de choses.

Par conséquent ?

Vous allez dépenser moins de temps et d’énergie sur des choses qui n’ont pas d’importance pour vous.

Résultat ?

Plus de liberté, aussi bien physique que mentale.

Et ces bienfaits ?

Ils vous permettront de diminuer votre charge mentale, et donc votre stress.

Donc, pour résumer ?

Moins d’obligations ET plus de temps ET plus de liberté ET plus de clarté mentale = moins de charges mentales ET moins de stress.

C’est ok pour vous ?

Parfait.

Maintenant, vous allez découvrir comment devenir minimaliste, et comment avancer concrètement dans ce mode de vie pour vous permettre de ressentir moins de stress.

Let’s go.

1— Désencombrez votre maison

Vous ignorez à quel point un appartement épuré peut vous permettre de ressentir moins de stress.

Pour vous aider, imaginez-vous ceci :

Vous rentrez chez vous, un soir, et lorsque vous ouvrez votre porte, vous ne voyez aucun encombrement.

Vous continuez de marcher dans votre maison, et vos murs sont épurés, avec juste une touche de décoration.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'importance de l'état d'esprit pour guérir les troubles anxieux

Idem pour vos meubles, vos comptoirs et votre cuisine : vos surfaces planes sont désencombrées. Tout est à sa place, et vous n’apercevez aucun encombrement visuel.

Bien sûr, vous avez aussi de l’espace. Vous pouvez circuler dans votre maison sans devoir esquiver des objets ou en déplacer d’autres. Vous n’avez plus peur d’en casser certains par inadvertance.

Bref : vous vivez dans une maison épurée, avec peu de déco, des objets tous aussi essentiels les uns des autres.

Alors non, je ne parle pas de ce genre d’appartements, qui n’ont juste pas d’âme, pas de vie, pas de chaleur :

Je parle simplement d’une maison dans laquelle rien n’est en trop. Où chaque chose à sa place. Où chaque objet à son utilité. Où chacune de vos possessions rend le tout plus beau, plus harmonieux et plus chaleureux.

Le rêve, n’est-ce pas ? Comment pensez-vous vous sentir à l’intérieur d’un tel environnement ? Toujours aussi stressé ? Bien sûr que non.

Vous allez vous sentir détendu, serein, et paradoxalement, le vide vous apportera un sentiment de plénitude. D’ailleurs, les études ne manquent pas à ce sujet.

Tenez, prenez celle-ci par exemple qui stipule que la quantité de stress que les femmes vivent à la maison est directement proportionnelle à la quantité de choses qu’elles et leur famille ont accumulées.

Ou encore celle-ci, qui explique que nous sommes plus productifs, moins irritables et moins distraits dans un environnement sans encombrement par rapport à un environnement désorganisé où notre stress augmente.

Et même cette étude, plus violente, qui montre que les personnes exposées à des environnements soignés sont moins susceptibles de commettre un crime.

Donc : commencez à désencombrer votre maison. Pour vous aider, voici un excellent article sur le sujet : Désencombrer sa maison : le guide ultime en 10.5 étapes.

Étape 2, nous voici, nous voilà.

2 — Dépensez moins

Devenir minimaliste, c’est se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui compte vraiment.

Et ce ?

Dans tous les aspects de votre vie : même vos finances.

Un minimaliste n’est pas nécessairement radin (même si c’est un bon moyen de gâcher sa radinerie, je vous l’accorde) : il sait simplement que très peu de choses sont vraiment essentielles.

C’est-à-dire qu’il ne dépensera pas des sommes faramineuses pour posséder une plus grande maison, une plus belle voiture, une plus grosse télé.

Par exemple, vous pouvez :

  • Arrêter avec les achats compulsifs. Attendez une semaine avant d’acheter une robe ou un bijou qui vous a tapé dans l’œil, histoire de ne pas acheter sous le coup de l’émotion.
  • Supprimer vos abonnements. Peut-être pouvez-vous réduire le prix de votre abonnement téléphonique. Ou arrêter de recevoir chaque mois de nouveaux vêtements.
  • Réduire vos dépenses récurrentes. Loyer. Eau. Électricité. Trouvez le moyen de dépenser moins, même pour les choses essentielles de votre vie.

Pourquoi économiser autant ? 3 raisons :

  1. Vous n’avez pas besoin de toutes ces choses. Elles ne vous rendent pas heureux.
  2. Vous éliminerez le stress à la fin du mois, au moment de payer les factures.
  3. Vous allez avoir de l’argent pour ce qui compte vraiment dans votre vie. Pour mener à terme des projets. Pour réaliser vos rêves. Pour accomplir votre ambition.

La 3e étape ? La voici :

3— Arrêtez de mettre une couche à un poulet

N’effectuez pas deux choses à la fois.

Car si vous essayez de changer la couche de votre enfant, en téléphonant à un ami et en mettant le poulet de ce soir dans le four…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Podcast sur l'anxiété par The Minimalists [Résumé]

Vous risquez fort de retrouver votre poulet dans le berceau, et votre enfant un poil rôti.

Triste réalité (j’espère que non, mais vous m’avez compris).

Alors : arrêtez le multitâche.

Maintes et maintes études l’ont prouvé : nous ne pouvons réaliser deux choses à la fois. Oui, même vous mesdames.

Donc n’essayez pas de changer votre enfant en même temps de mettre le poulet dans le four. Changez d’abord votre enfant, et occupez-vous de votre repas dans un second temps.

De cette manière ?

Vous éviterez les erreurs… et vous vous éviterez du stress inutile.

Passons à la quatrième étape, une des plus importantes.

4 — Définissez vos priorités

Nous avons aujourd’hui la chance de pouvoir tout faire et tout avoir.

Mais nous n’avons tout simplement pas le temps pour tout faire et tout avoir.

Alors, vous devez prioriser. Vous concentrer sur les activités qui rendent vraiment votre vie meilleure.

En vous concentrant ainsi sur l’essentiel, vous pourrez dire non à tout le superflu et réduire le stress provenant d’activités qui n’ont aucun sens pour vous.

Fini de vous compliquer la vie.

Fini de stresser pour faire plaisir à d’autres.

Fini de passer des heures interminables à réaliser des activités qui n’ont aucune importance.

Juste vous.

Vous, et vos priorités.

Pour vous aider à prioriser, voici un exercice simple et redoutablement efficace :

La semaine zéro

Vous allez prendre une feuille, et vous allez suivre ces étapes :

  1. Vous allez marquer toutes vos obligations. Comme travailler 35 heures par semaine. Comme aller chercher votre fils à l’école.
  2. Ensuite, vous allez diviser votre feuille en 7, pour les 7 jours de votre semaine, et vous allez noter toutes les activités que vous faites. De l’appel avec un ami (si c’est récurrent), aux séries Netflix, jusqu’à vos journées entre amis le samedi après-midi.
  3. Et enfin, vous allez 1) barrer les activités que vous voulez arrêter et 2) réduire les activités « plaisirs », qui vous seulement apportent du plaisir à court terme, mais peu de satisfaction à long terme (ex : série TV).

Le but : vous concentrer sur ce qui est vraiment essentiel dans votre vie. Vous autoriser à partir de 0, et désigner la semaine de vos rêves, avec les activités qui sont vraiment importantes dans votre vie.

De cette manière, vous allez réduire le stress provenant de toutes les choses superflues de votre quotidien.

En plus, bien sûr, de vous libérer du temps pour ce qui compte dans votre vie.

Excellent, passons à l’étape 5.

5 — Réalisez une diète médiatique

Écoutez-moi bien, j’ai besoin de toute votre attention :

Le moyen le plus rapide, le plus simple et le plus efficace pour réduire une grande partie de votre stress, c’est d’arrêter de regarder les médias.

Allez-y, moquez-vous 10 secondes, et reprenez la lecture.

Se couper des médias, ça porte un nom : une diète médiatique. Et c’est la meilleure chose que vous puissiez entreprendre pour balayer votre stress.

Pour quelles étranges raisons ?

C’est simple : les médias, pour attirer votre attention (et donc faire de l’argent), doivent activer chez vous votre biais de négativité : votre tendance à vous concentrer davantage sur les informations négatives que positives.

C’était très pratique pour nos ancêtres, car être mis au courant des dangers pouvait leur sauver la vie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Chaque dépression a un sens [Résumé]

Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Et pourtant, nous possédons toujours ce biais.

Alors ?

Les médias en abusent. Ils vous montrent des meurtres, des attentats, des accidents et de la corruption à la chaîne.

Pour vous le prouver ? J’ai rompu ma diète médiatique, rien que pour vous.

Je me suis rendu sur 2 sites d’informations, Le Monde et France Info. Et j’ai encadré les mots ou les informations négatifs. Voilà le résultat :

Pour Le Monde :

Pour France Info :

Donc, essayez. Seulement une semaine.

Arrêtez de suivre les informations. N’écoutez plus les médias. Déconnectez-vous de ce qui se passe dans le monde. Promis, vous n’allez pas en mourir.

Au contraire : comme vous n’allez plus être soumis à des informations toxiques à longueur de journée, vous ressentirez moins de stress, moins de peur, moins d’anxiété.

Vous ne verrez plus le monde comme un endroit dangereux dans lequel vivre : vous l’observerez sous un œil nouveau.

Si vous voulez en apprendre plus sur les médias et la diète médiatique, j’ai écrit un excellent article sur le sujet : l’importance d’une diète médiatique : coup de gueule contre les médias qui sabotent nos vies.

Et enfin, la dernière étape pour devenir minimaliste et réduire votre stress…

6 — Éloignez-vous des vampires d’énergie

Votre entourage à une influence sur vous que vous ne pouvez même pas imaginer.

Jim Rohn disait notamment que « nous sommes la moyenne des 5 personnes qui nous entourent ».

C’est pour cette raison que les entrepreneurs sont entourés d’entrepreneurs, les obèses d’obèses et les riches de riches.

Donc si vous côtoyez des personnes négatives, toxiques, pessimistes qui ne font qu’aspirer votre énergie et vous stressez encore plus qu’habituellement, autorisez-vous à ne plus les voir.

Oui, même si vous les connaissez depuis longtemps. Et oui, même si ce sont des membres de votre famille.

Arrêtez tout simplement de voir les personnes qui vous tirent vers le bas.

Excellent.

Place à la conclusion

Devenir minimaliste est un excellent moyen pour réduire votre stress. Les exemples abondent.

Vous pouvez alors prendre chacun des 6 conseils de cet article, et les appliquer :

  • Désencombrez votre maison ;
  • Dépensez moins ;
  • Arrêtez le multitâche ;
  • Priorisez ;
  • Réalisez une diète médiatique ;
  • Éloignez-vous des vampires d’énergie.

Par où commencer ?

Par la diète médiatique. Vraiment. C’est simple, rapide, vous enlevez au lieu d’ajouter. C’est de cette manière que, petit à petit, vous allez pouvoir devenir minimaliste et ressentir moins de stress au quotidien.

Ensuite ?

Vous pouvez désencombrer votre maison. Croyez-moi, vous sous-estimez aujourd’hui le pouvoir d’une maison épurée. Ça changera tout dans votre vie.

Pour découvrir en profondeur comment devenir minimaliste, lisez cet excellent article : Devenir minimaliste : le guide ultime en 10 étapes.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance. Le minimalisme vous aidera vraiment à simplifier votre vie et ressentir moins de stress, c’est une promesse.

Mais comme pour tout : il faut passer à l’action.

Et dans ce cas présent…

Il faut du courage pour oser se séparer du superflu.

Il faut du courage pour oser se concentrer sur l’essentiel.

Il faut de courage pour oser utiliser ses principales ressources sur ce qui est vraiment important dans votre vie.

Mais croyez-moi, ce sont des sacrifices qui valent vraiment le résultat.

Florian Richard

Partager l'article
 
 
  

7 réflexions sur “Minimalisme et anxiété : 6 façons de réduire votre stress en devenant minimaliste”

  1. Sympa l’article, il est talentueux l’écrivain ! :p
    Merci d’avoir accepté cet article invité, c’était vraiment cool d’écrire pour ton blog 🙂

  2. Excellent !
    Je ne peux qu’approuver les bienfaits d’une diète médiatique.

    Certaines personnes sont dans des états de stress importants à la suite d’images vues aux informations. Et même plusieurs heures après, quand elles en parlent, on sent que ça les angoisse toujours.

    Mais peu ont le déclic d’éteindre la télé. Peut-être qu’il y a une forme de dépendance ?!

    Dans tous les cas, même sans regarder les journaux, vous pouvez vous rassurer : les gens parlent ! Et on reste informé en temps et en heure des informations les plus importantes !

    1. Je ne peux qu’approuver, personnellement cela fait déjà plusieurs années que j’évite de regarder les informations. J’ai arrêté pendant les attentats de 2015 alors que je vivais en région parisienne, l’ambiance était déjà bien assez anxiogène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *