Briser le cycle de l’anxiété grâce à la compassion [Résumé]

Briser le cycle de l’anxiété grâce à la compassion est une conférence TEDx donnée par Steven Zanella en 2015.

tedx briser anxiété compassion gentillesse

Bonjour à toi,

Je suis ravie de te retrouver pour le vingt-sixième résumé de mon défi fou : lire et résumer 52 contenus sur l’anxiété.

Aujourd’hui je te propose un résumé de la conférence TEDx Briser le cycle de l’anxiété grâce à la compassion(Breaking the anxiety cycle through kindness).

Résumé du TEDx Briser le cycle de l’anxiété grâce à la gentillesse (compassion)

Pendant longtemps, Seven Zanella avait constamment des pensées du type “Et si ?” : et si je fais une crise d’angoisse ? et si je n’étais pas assez bien ? et si je n’y arrive pas ?…Son esprit s’inquiétait constamment. Il a souffert de troubles anxieux pendant la majorité de sa vie, ce qui a perturbé son travail, ses relations, sa santé.

Il essayait de faire disparaître ces pensées anxieuses pour aller mieux. Mais plus il réfléchissait à des solutions, plus il se sentait frustré : “pourquoi je n’y arrive pas ?”.

Il n’en parlait à personne car il pensait que personne d’autre ne pourrait comprendre. Il ne comprenait pas lui-même pourquoi il était si anxieux. Il se sentait terriblement seul. Pire, il croyait être bizarre et être le seul à souffrir ainsi.

Steven Zanella était déjà anxieux lorsqu’il était enfant. Il souffrait d’insomnie et s’inquiétait notamment pour son père qui était policier. Il pensait beaucoup à la mort.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse [Résumé]

Son anxiété a empiré en grandissant : il avait peur d’être différent, à part, moins intelligent. Comme il avait du mal à se concentrer sur ses études à cause de ses pensées constantes, il a arrêté d’étudier. Ses parents ne le comprenaient pas et Steven s’est retiré peu à peu sur lui-même. Les autres le voyaient comme “le garçon intelligent qui n’a pas assez essayé” alors qu’au fond il était plutôt “le garçon effrayé qui n’avait pas assez confiance en lui”.

Ses crises d’angoisse ont commencé à l’âge de 22 ans. Après sa première attaque de panique pendant un entretien d’embauche, une nouvelle peur s’est développé : la peur de refaire une crise. Et plus on a peur de refaire une crise, plus on en fait.

Il a alors développé des mécanismes de coping : il avait toujours avec lui une bouteille d’eau glacée, il s’asseyait toujours au fond, ou sur les côtés, jamais au milieu, dans une salle. Mais cela n’a pas marché éternellement et l’anxiété a repris le dessus.

Il a alors commencé à éviter : ses amis, sa famille, les réunions au travail…Sa maison était le seul endroit où il se sentait en sécurité.

Quand il devait absolument sortir, il buvait de l’alcool. Il a commencé à boire, de plus en plus, jusqu’à devenir alcoolique.

Même s’il avait une vie normale d’un point de vue extérieure (maison, famille, travail), il se sentait seul, perdu et apeuré. Il se haïssait, lui et son anxiété. Il se sentait différent des autres.

Steven Zanella s’en est sorti grâce à sa fille. Il voulait qu’elle soit et qu’elle ait tout ce qu’il n’avait pas (bonheur, force, confiance). Il s’inquiétait également, il avait peur qu’elle soit anxieuse comme lui. Steven a alors réfléchi à ce qu’il lui dirait si elle venait le voir en lui annonçant qu’elle souffrait d’anxiété :

“Ne t’inquiètes pas, tout ira bien. Tu es incroyable, et tant que tu fais de ton mieux, ce n’est pas grave si tu réussis ou tu échoues, car le plus important est d’essayer.”

Puis il s’est soudainement rendu compte qu’il ne s’était jamais donné à lui-même ces précieux et sages conseils. Et s’il se donnait à lui-même le même amour et le même soutien qu’à sa fille ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Peur du regard des autres ? 5 astuces pour s'en détacher

Au lieu de voir l’anxiété avec colère et négativité, il a décidé de la voir avec positivité. Il s’occuperait de lui-même de la même manière qu’il s’occupait de sa fille. A chaque fois qu’il était angoissé, il pensait à sa fille. Il a modifié ses pensées pour qu’elles ne soient plus négatives et qu’elles soient pleines de patience, d’amour et de gentillesse.

Et cela a marché. Au lieu d’essayer de stopper ses pensées anxieuses et négatives, il a décidé de les remplacer par des pensées positives. Cela a pris du temps et de la pratique.

Cela lui a permis de surmonter les épreuves de la vie, comme son divorce. En perdant tout, il a appris à vivre le moment, au lieu de ressasser le passé ou de s’inquiéter du futur. Il a cessé de voir l’avenir comme quelque chose à craindre, mais comme un potentiel infini.

Toucher le fond a été la fondation solide sur laquelle j’ai reconstruit ma vie.

J.K. Rowling

Comme J.K. Rowling il a reconstruit sa vie peu à peu. Il a réparé ce qui pouvait être réparé, et a appris à lâcher prise sur le reste. Il a lâché prise sur son passé et cessé de s’inquiéter du futur.

Le moment présent est le seul qui existe. Le passé s’est déjà produit, et le futur pas encore.

Quand on est anxieux, on vit dans le futur et on loupe ainsi tout ce qui passe dans le présent. Le bonheur et la paix sont dans le présent.

Steven Zanella s’est ainsi redécouvert, a découvert sa vraie personnalité derrière toute la peur et les angoisses. Il s’est remarié et a eu un autre enfant.

Chaque nouveau jour pour lui est un cadeau, une opportunité pour être reconnaissant de ce que l’on a et être véritablement présent dans les moments qui comptent, et être gentil avec soi-même et les autres.

Et si on apprenait tous à faire face à nos peurs ? Et si on arrêtait de s’angoisser pour rien ? Et si on s’entraînait tous à être plus gentils avec nous-mêmes et les autres ?

Conclusion Conférence TEDx Briser le cycle de l’anxiété grâce à la gentillesse

Cette conférence TEDx est une des meilleures que j’ai vues sur l’anxiété (et croyez moi j’en ai vu plein avant de sélectionner celles que je souhaitais résumer sur le blog).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le pouvoir du moment présent [Résumé]

Steven Zanella ose se montrer vulnérable et on ressent énormément d’empathie pour lui. Je pense que l’on peut se tous se reconnaître un peu dans son histoire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 réflexion sur “Briser le cycle de l’anxiété grâce à la compassion [Résumé]”

  1. Ping : Défi : résumer 52 contenus (livres, podcasts, vidéos) sur l'anxiété

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *